Maroua Infos REN

Bienvenue sur mon blog Le travail est la source de toute vertu.

26 mai, 2011

Maroua

Classé dans : Cameroun,Liens,Monde — marouainforen @ 15:52

Des populations bloquent l’accès de la décharge d’Hysacam
Elles exigent que la Communauté urbaine procède au paiement des dédommagements annoncés il y a trois ans.
Par Jacques Kaldaoussa

Maroua : Des populations bloquent l’accès de la décharge d’Hysacam

Elles exigent que la Communauté urbaine procède au paiement des dédommagements annoncés il y a trois ans.

Ce lundi 23 mai, vers 10 heures, les populations de Yonkolé, localité située à une dizaine de kilomètres à la sortie de Maroua ont mis les chauffeurs de la société Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam) au chômage. Furieuses, elles ont barré la route menant à la décharge d’ordures à l’aide de grosses pierres, empêchant les engins de passer. Motif invoqué par les manifestants : le non paiement des indemnisations de leurs parcelles culturales cédées à Hysacam par la communauté urbaine de Maroua, afin de servir de décharge. Craignant que les populations en furie ne vandalisent leurs engins, les employés ont tout simplement rebroussé chemin.

De l’avis de plusieurs manifestants, cela fait trois ans qu’ils attendent en vain d’être dédommagés. A cette époque en effet, le délégué du gouvernement avait pris le ferme engagement, devant le préfet du Diamaré, de les indemniser ne serait-ce que symboliquement. Bouba Mana, l’un des meneurs explique : « Cela fait trois ans que nous attendons le maigre argent qu’on nous a promis, mais rien. Depuis ce temps, Hysacam dépose les ordures sur nos terres, on n’a pas eu de champ ailleurs faute de moyen, le délégué du gouvernement ne nous a plus fait signe. Alors que les premières pluies sont déjà là. Il faut quand même être raisonnable. Nous savons tous que ce n’est pas l’argent qui manque à la communauté urbaine mais la volonté ».

Contrat
Difficile de joindre le délégué du gouvernement pour avoir sa version des faits. Mais toujours est-il que lorsqu’il s’est agi de ce problème, Robert Bakari a toujours affirmé par le passé que : « personne ne dispose d’un titre foncier sur ces terres. C’est donc le terrain de l’Etat que nous avons attribué à Hysacam pour servir de décharge d’ordures pour ces mêmes populations. Mais comme elles les exploitent depuis de longues années et ont des familles, nous avons consenti à un dédommagement symbolique. Nous l’avons déjà inscrit au budget et elles n’ont qu’à patienter ».
Jusqu’à quand s’interrogent les populations tandis qu’une source proche du dossier pense pour sa part que : « il y avait une première liste des personnes à indemniser.

Les autres qui ont été mis au courant et mus par l’appât du gain ont fait une liste additive qu’ils ont pris le soin de gonfler. Parce que lors d’une décente pour vérifier, plusieurs noms étaient inconnus des riverains. La liste est encore sur la table du préfet du Diamaré et attend d’être exemptée des noms fictifs ». Approché par nos soins, Soh Honoré, directeur d’agence Hysacam de Maroua estime que « les populations n’ont pas compris la procédure d’acquisition de la décharge et pensent que Hysacam a donné de l’argent au délégué du gouvernement qui l’aurait détourné. Or, il faut bien comprendre que nous avons un contrat avec la communauté urbaine qui nous paye pour que l’on assure la propreté dans la ville. En plus, c’est cette communauté qui met un site à notre disposition ». Pour lui, la responsabilité d’Hysacam n’est engagée ni dans l’acquisition du site ni dans la gestion de la liste ni dans le paiement des indemnités.


Jacques Kaldaoussa

 

Laisser un commentaire

 

Culture Choc |
akdv |
Justice et liberté |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez PattCarbo
| Connaissez-vous vos droits ?
| wintershead