Maroua Infos REN

Bienvenue sur mon blog Le travail est la source de toute vertu.

  • Accueil
  • > Issa Tchiroma Bakary : Aux sévices de tous et de chacun

28 février, 2011

Issa Tchiroma Bakary : Aux sévices de tous et de chacun

Classé dans : — marouainforen @ 12:32

Le Mincom parle de tout et finalement de rien, et perd toutes les occasions de se taire.
Issa Tchiroma Bakary : Aux sévices de tous et de chacun issa-tchiroma-bakari

Le risque, et même le danger, lorsqu’on a la langue un peu trop pendue, est souvent d’oublier ses antécédents. Cette amnésie verbale est en train de s’installer de manière chronique et inquiétante chez Issa Tchiroma Bakary. L’actuel ministre de la Communication a, en effet, trop parlé ces derniers mois et laissé, derrière lui, des tonnes d’interrogations sur son passé et sa personnalité. On voit d’ici la mine horrifiée des caciques du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc, au pouvoir), à qui il fait de plus en plus de l’ombre et qui s’interrogent sur sa posture conservatrice, lui qui – on a fini par l’oublier – est le leader du Front national pour le salut national du Cameroun (Fsnc). Un parti allié au régime ? D’autres le sont aussi, mais ils n’usent pas du même entrain pour justifier leur position contextuelle et des avantages qui vont avec. Ce n’est pas parce qu’on parle beaucoup qu’on a forcément raison, dit un proverbe bantu.

Ses sorties médiatiques intempestives embarrassent ses anciens amis de l’opposition et mettent mal à l’aise ses nouveaux alliés du sérail. Elles obligent, surtout, les médias de service public à relayer des opinions ampoulées qui ramènent le Cameroun à l’ère des Républiques bananières. A-t-on besoin de faire preuve de tant de délicatesse pour plaire à son employeur ?
Le Mincom l’a encore démontré, et avec aplomb, ces derniers jours en réaction aux mots d’ordre de manifestation contre le pouvoir ou de commémoration des morts des émeutes de la faim de février 2008. «A ceux qui appellent à manifester, qu’ils fassent preuve d’imagination et qu’ils consultent l’histoire» ; «(…) Ceux qui aiment la nation sont mille fois plus nombreux que ceux qui s’agitent, et ceux qui veulent accéder au pouvoir par effraction n’y parviendront pas.» ; «Le président de la République a atteint l’âge où il exhale le meilleur de son parfum.» La langue sauve, mais elle peut également tuer, rappelle une autre sagesse bien de chez nous…

Poste et avantages aidant, Issa Tchiroma Bakary a oublié d’où il vient, de cette famille de l’opposition dont il était l’un des meilleurs maîtres à tancer : «C’est en ce moment que ces illuminés veulent perpétrer le désordre ! Ils n’ont pas le monopole de l’amour du Cameroun. D’ailleurs, tous ceux qui aspirent à gérer ce pays ne sont pas dans ce coup-là. En tout cas, ça ne passera pas. Leur agitation est vouée à l’échec» ; «Notre bataille est juste, notre cause est noble. Pour sûr, nous gagnerons car le soleil en déclin du Renouveau est déjà à 17 heures.» Leader zélé au sein de la Coordination des partis de l’opposition, il avait, en son temps et à travers des mots d’ordre de «villes mortes» ou encore de désobéissance civile et civique, contribué à paralyser l’économie du Cameroun pendant au moins 7 mois.

On vous avait prévenu : ce garçon ne reculera devant aucun reniement ou renoncement.
M. Tchiroma, pour l’histoire à laquelle il nous renvoie désormais tous, a été l’un, sinon le principal animateur du fameux «Mémorandum du Grand-Nord», destiné à étaler les manquements du régime Biya vis-à-vis des régions septentrionales du pays. Et il n’a jamais été avare en déclarations fortes : «Quel est le septentrion qui fait entièrement confiance à Monsieur le président de la République ? Celui de vos rêves et de vos fantasmes, ou celui des damnés de la terre et des forçats de la faim ?» ; «L’expérience nous prouve que le Renouveau porte la poisse comme la nuée porte l’orage, l’échec lui étant à ce point consubstantiel qu’à son contact l’or le plus pur se transforme en ordure.» Il travaille aujourd’hui avec et dans cette «poisse».

Alimentaire, mon cher Watson
Pendant sa traversée du désert, Issa Tchiroma Bakary pointe avec véhémence «l’obsédante pression de la pauvreté et la misère» qui sévissent dans le septentrion. Il était alors un brave chômeur tenaillé par la galère, et lançait des piques vénéneuses à son ex-allié Bello Bouba Maïgari, président de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) : «C’est au nom de l’alimentaire, toute honte bue que le président national capitule, renonce à la conquête du pouvoir, prend un titre foncier au sein du gouvernement du Rdpc et abandonne, en plein orage, dans une tourmente et une souffrance indescriptibles, ceux et celles pour qui il était l’incarnation de l’espoir, et malheureusement aujourd’hui son cimetière.» On vous parlait d’amnésie… C’est que ce garçon, à l’époque, venait d’être éjecté du parti. Le 23 avril 2004, le président de l’Undp l’avait temporairement (12 mois), puis définitivement exclu de la formation. Il avait alors la haine vissée au corps.

Passons sur les années de «poisse» passées à s’échauffer sur le banc de touche, sans le moindre espoir d’être aligné sur le terrain, lui qui, le 21 septembre 2004, se produisait dans les colonnes de Cameroon Tribune en sa qualité de président pour la sélection du candidat de la Coalition de l’opposition à l’élection présidentielle et dont nous avons choisi de ne pas reproduire les propos ici, respect ministériel oblige.
Né en 1946 à Garoua, cet ancien pensionnaire de l’Ecole des chemins de fer de Douala fut arrêté le 16 avril 1984, dans la fièvre du putsch manqué contre Paul Biya. On l’accusait d’assassinat, de tentative d’assassinat, de destruction des biens publics et d’apologie du crime. Il est libéré à la faveur de l’amnistie présidentielle du 17 janvier 1991. Il a été ministre des Transports de 1992 à 1996. Avant de rebondir à la Communication le 30 juin 2009. Tout ça, c’est évidemment pour l’Histoire, qu’il continue de réécrire.


Félix C. Ebolé Bola

Une réponse à “Issa Tchiroma Bakary : Aux sévices de tous et de chacun”

  1. BEN YAYA dit :

    C un bon travail de professionnel. Je vous exhorte à informer et à former davantage les lecteurs du septentrion.

Laisser un commentaire

 

Culture Choc |
akdv |
Justice et liberté |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez PattCarbo
| Connaissez-vous vos droits ?
| wintershead