Maroua Infos REN

Bienvenue sur mon blog Le travail est la source de toute vertu.

  • Accueil
  • > Présidentielle 2011 : Une manifestation pro-Biya interdite à Yaoundé Les journalistes invités ont été séquestrés pendant des heures hier mercredi.

20 juin, 2011

Présidentielle 2011 : Une manifestation pro-Biya interdite à Yaoundé Les journalistes invités ont été séquestrés pendant des heures hier mercredi.

Classé dans : — marouainforen @ 16:57

Une association dénommée Jeunesse Arc-en-ciel du Septentrion a convié la presse à une rencontre hier à Yaoundé. Question de donner sa position par rapport à la prochaine élection présidentielle. Mais, le point de presse dont les organisateurs disent pourtant avoir fait une déclaration, sans interdiction du préfet du département du Mfoundi, Claude Tsila, qui représente le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd), n’aura pas lieu en temps et en heure. C’est d’ailleurs le, préfet du Mfoundi, qui se présente au lieu de la communication peu avant 10h. il est accompagné de quelques éléments de la police.


Il s’en va. Puis, quelques minutes plus tard, c’est une escouade de la police du deuxième arrondissement basé au quartier Messa (Mokolo) qui se présente.
Les éléments de la police intiment aux journalistes l’ordre de les suivre au commissariat. Ces derniers refusent d’obtempérer. Les deux parties sont au bord d’une rixe lorsque l’un des officiers, Atangana, confie que le préfet leur a intimé l’ordre des venir disperser les attroupements de plus de cinq personnes. Entendu que le point de rassemblait une vingtaine de journalistes. Lesquels seront alors séquestrés pendant plusieurs heures dans un hôtel du quartier Ekoudou. Les journalistes sont libérés après une chaude discussion qui a amené les éléments de la police à respecter les ordres du préfet : disperser et non interpeller, comme ils ont tenté de le faire, sans succès.

Point de presse
Et pourtant, les organisateurs rassurent qu’une demande de tenue d’une manifestation publique (point de presse) a été adressée aux autorités administratives en bonne et due forme et que, comme le prévoit la loi, un refus n’a pas été formulé par lesdits autorités. Selon les mêmes organisateurs, le préfet a souhaité prendre part à ce point de presse. Mais, au lieu de rappeler pour convenir de l’heure, a préféré envoyer les flics.
Et pourtant, la jeunesse du Septentrion semblait avoir une noble mission politique: « Nous avons pris la ferme résolution de soutenir la candidature du président Paul Biya à la prochaine élection présidentielle et de l’accompagner vers la victoire finale », a écrit Moktar Oumarou, le président de cette association, qui compte entamer, dès la fin de ce mois, une séries d’activités parmi lesquelles une vaste campagne caravane dans les trois régions du Septentrion, dans l’objectif cde sensibiliser les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales. Mais, qu’est-ce qui pourrait donc inquiéter les autorités, pour interdire un point de presse ?
«Le préfet nous a dit que cette rencontre était interdite. Car, une demande n’a pas été déposé», a confié l’un des officiers de police. Ce que ne confirment pas les organisateurs, dont l’objectif est de réunir tous les jeunes du Septentrion, quelles que soient les chapelles politiques. Selon des indiscrétions de couloir, les jeunes du Septentrion voudraient se passer de leurs élites, pour avoir pour seul interlocuteur le chef de l’Etat dont ils veulent voir réélu à la tête du Cameroun.

Justin Blaise Akono

 

Laisser un commentaire

 

Culture Choc |
akdv |
Justice et liberté |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez PattCarbo
| Connaissez-vous vos droits ?
| wintershead